• Souvenir d'instit, paroles d'élèves (2)

    Souvenir d'instit, paroles d'élèves (2)

     

    Le mystère de la perforatrice

     

     

     

     

    "Bien les enfants, maintenant, qui peut me dire quelles sont les propriétés de la figure que je viens de dessiner au tableau ?"

    Alors que je jette un œil à la ronde pour jauger le nombre d’élèves prêts à me répondre,  mon regard s’attarde sur Mégane, premier rang à droite, qui perfore consciencieusement la feuille de travail que je lui ai distribuée ce matin. Inintéressée par ce que je peux bien raconter, elle troue et retroue avec un sourire béat tournant tantôt sa feuille, tantôt la perforatrice afin de la décorer de p’tits trous. Je ne saurais dire ce qui la rend la plus heureuse, l’action de perforer ou le résultat, mais je sens en elle un tel bonheur à ce qu’elle est en train de faire que je n’ai pas le courage de la relancer sur son travail. Evidemment, elle n’en a rien à faire des figures géométriques, évidemment, le travail adapté que je lui ai laissé à faire n’a aucun intérêt pour elle, je ne peux pas lui en vouloir. Ce matin, comme tous les matins, Mégane est arrivée en retard,  il n’y a pas de montre au camp. Comme tous les matins, sa maman l’accompagnait,  une maman d’à peine 15 ans de plus qu’elle. L’école, Mégane, elle aime bien, même si elle n’a pas fait de maternelle. Y a des crayons, des feuilles, des copains, et on peut même faire des trous ! Elle a tort, Mégane, de s’en ficher de l’école, mais comment pourrait-elle le savoir ? Peut-être n’y aura-t-il que ça pour lui permettre de tordre le cou à ce sacré « déterminisme social ». Que ça ? Vraiment ?  Est-ce que je ne me leurre pas toute seule en pensant cela, comment l’école l’empêchera-t-elle d’être déscolarisée dès la fin du CM2 pour suivre des cours par correspondance en direct de la caravane ? Comment l’école lui permettra-t-elle de ne pas être mariée à 15 ans comme sa mère ? Si je peux lui apprendre à déchiffrer et à compter, à quoi cela lui servira-t-il ? Je n'en sais rien, c'est vrai mais je me dis que je ne peux pas ne rien faire. Je souris, je la laisse tranquille pour le moment et j’interroge un des élèves qui tend le bras à se le décrocher de l’épaule.

     

    Alors que je finissais de noter au tableau  les différentes propriétés du losange, Sarah lève le doigt, l’air outré comme si une chose vraiment abjecte venait de se passer. Mégane avait fini de perforer et avait reposé l’outil de tous les plaisirs à sa place, au fond de la classe. A ma grande satisfaction, elle finissait, entre les trous, son activité. J’avais bien vu Sarah regarder avec convoitise et jalousie Mégane perforer à l’envie. J’avais bien vu Sarah tendre la main et attraper la perforatrice. Ah ! Sarah... elle a toujours autre chose à faire que de suivre le travail collectif alors je n’avais pas plus que ça porté attention à son entreprise. L’objet en main, elle s’était mise à tenter de perforer à son tour sa feuille de travail, mais, la tenant à l’envers, c’est-à-dire glissant sa feuille sous les poignées, elle appuyait et appuyait sans qu’aucun trou n’apparaisse sur sa feuille.

    Exaspérée la voilà qui m’interpelle :

    « Maîtresse ! Maîtresse !

    -Oui Sarah ?

    -Eh ben maîtresse, Mégane, dit-elle en jetant un regard plein d’animosité à sa camarade, Mégane, elle a pris tous les trous ! »

     

     

     

     

    « Avant/Pendant... Sans commentaire... »
    Yahoo!

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Alice L-P Profil de Alice L-P
    Jeudi 11 Juillet 2013 à 11:27

    Trop mignons les mots d'enfants !

    2
    Lundi 29 Juillet 2013 à 20:04

    Quel éclat de rire à la fin d'un texte qui pose par ailleurs bien des questions!

    Mégane sait utiliser une perforatrice, en espérant qu'elle sache plus tard faire des trous dans certaines "aliénations" ...

    :)

    3
    Dimanche 6 Octobre 2013 à 07:23

    trop mimi !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :